Dernière mise à jour : 13 novembre 2017
Guide animation
Fabrice Maitre

Flambeau d'un héritage étrange et fascinant, le gospel est un chant de lumière.

Depuis les années 90, on assiste à un engouement de plus en plus important pour le chant Gospel, certainement dû au fait qu'il est la réunion de plusieurs influences musicales : la pureté du chant a capella comme on peut l'entendre dans l'immense et magnifique répertoire de la musique classique, allié au rythme, à la couleur et aux accents du rhythm'n blues et du jazz .

Le message délivré et les thématiques abordées ( l'espérance, la liberté , l'amour, la justice, la grâce, la vie, l'évocation de la recherche spirituelle ) contribue également à l'attrait d'un public toujours plus nombreux qui prend plaisir, dans cette musique tellement communicative, à participer et à partager les hymnes à la joie. C'est l'âme d'un peuple noir esclave, il est à chanter avec toute son âme et tout son cœur comme les chanteurs étaient eux-même esclaves noirs aux Etats Unis.

Le gospel est une musique bien vivante en perpétuelle évolution.

Le terme vient de «  good  »-bon et «  spell  »-récit, terme équivalent à la bonne nouvelle.

Origines et développement

Le gospel, au sens large du terme, est né aux Etats Unis au 17ème siècle lorsque les premiers esclaves noirs furent importés. Ces derniers amenèrent d'Afrique leur culture, leur chants tribaux et leurs rythmes. De la fusion entre certains éléments de la musique africaine et d'éléments empruntés aux cantiques occidentaux est né le gospel, mais suivant une évolution : d'abord work-song, puis negro spirituals, et enfin gospel, il a su s'imposer comme identité et âme d'un peuple.

La plupart des esclaves arrivaient d'Afrique de l'ouest, région qui a une longue tradition de création musicale et artistique. Pour adoucir leur quotidien, apaiser leur maux, consoler leurs peines, ils iront tout naturellement vers le chant. En travaillant dans les plantations du Sud de l'Amérique, l'homme noir chante, utilisant sa voix comme unique instrument. C'est la naissance du Negro spiritual. On parle à l'origine de work songs , c'est à dire de chants accompagnant le travail. Ces chants ne font aucune allusion à la chrétienté, ils parlent du travail. Après la guerre d'Indépendance du 18ème siècle, les planteurs acceptent l'idée que leurs esclaves peuvent être des humains, et dans un souci d'augmenter le rendement, ils leur accordent le droit à une instruction religieuse, encourageant l'évangélisation générale par les missionnaires protestants et catholiques auprès d'une population susceptible de s'insurger.

Vers 1730, les Noirs se mettent à fréquenter les temples en nombre sans cesse croissant, et des lieux de culte spécifiques commencent à se créer. C'est l'époque du Great Awakening : le Grand Réveil religieux.

Tandis que s'installe ce vaste mouvement, l'Eglise américaine découvre une nouvelle façon de prier, rapportée d'Angleterre: au lieu de psalmodier des passages de la Bible, les fidèles entreprennent alors de traiter les prières d'une manière plus libre. Lors du Second Great Awakening , le mouvement revivaliste chrétien qui s'étale de 1780 à 1830, cette évolution musicale s'accentue et se diversifie au fur et à mesure que les paroisses noires se multiplient.

La "Fisk Jubilee Singers" est la première chorale de chanteurs de spiritual au répertoire puisant dans la Bible ou dans d'anciens chants d'esclaves, plus particulièrement composés de jubilee songs, chant d'allégresse.

Différences entre gospel et negro spiritual

Une grande partie du negro spiritual est née avec le désespoir des esclaves. Ceux-ci parlaient d'un monde meilleur dans un paradis ou dans une société où l'esclavage serait aboli., d'autres ont servi de signaux d'avertissements codés, incompréhensibles pour les blancs. Les références sont chrétiennes mais les textes expriment un point de vue personnel, c'est la place dans la souffrance esclave qui est décrite. Il se chantait dans les champs (souvent de cotons).

Le gospel dans sa version actuelle se distingue du negro-spritual par une référence exclusive au Nouveau Testament (il relate l'évangile) et un aspect emprunté aux musique actuelles. Il est arrivé après la libération des esclaves, alors que de nombreuses chorales se créèrent, dans chaque communauté noire, dans chaque quartier. Il est également plus joyeux. Il délivre un message plus direct que les spirituals, plus optimiste et plus ancré dans la réalité quotidienne, il témoigne d'une volonté de tisser des liens étroits entre le monde divin et la société contemporaine.

Principes musicaux

Le gospel repose essentiellement sur une forme d'improvisation. C'est une musique orale qui s'est transmise d'une génération à l'autre (à ses origines) et de plantation en plantation. La notation plus tardive a figé ces chants et assure un moyen de pérennisation.

Le principe musical du gospel est une base que le chœur va répéter, et sur cette base vient se greffer une (parfois plusieurs) voix soliste (s) improvisant. Les mélodies sont simples, les motifs et les harmonies sont tirés de la chanson folklorique et du blues.

Tout est au service du chant : la voix, et aussi le corps qui accompagne par son mouvement, en chorégraphies, créant un balancement au rythme de la musique, le claquement des doigts ou des mains.

Le gospel aujourd'hui

Le gospel anime toujours les offices religieux (surtout aux Etats Unis) où on se rend bien compte de son importance, il est vivant et prend parfois plus de place que le discours.

Influencé par le blues, le jazz, le rock et d'autres styles musicaux actuels il est en perpétuel évolution.

Il n'est pas resté confiné à l'église ; par le disque et le concert il s'est fait connaître à un public beaucoup plus vaste que celui des congrégations noires où il est né.